Chenilles processionnaires

Piège à la descente.

Contre la chenille Processionnaire du Pin

(Thaumetopea pityocampa)

Description du ravageur

La processionnaire du Pin Thaumetopoea pityocampa D. & Schiff. est un lépidoptère (papillon) de 30 à 4à mm de long. L’aire de répartition de cet insecte est localisé au pourtour du bassin méditerranéen. En France, les dégâts sont importants au sud d’un ligne allant de Brest à Dijon en passant par Orléans, progressant vers le Nord et en altitude chaque année.

La chenille développe une génération par an en plaine (une génération tous les deux ans en montagne.).

On observe chez les populations de processionnaires du pin une présence en continu avec des gradations accompagnées d’attaques massives tous les 5 à 7 ans.

Les adultes, papillons nocturnes, émergent de terre de mi-juin à mi-août selon les régions (la durée du vol peut osciller entre 30et 60 jours.). Après leur sortie de terre, les femelles recherchent des supports verticaux et émettent une phéromone sexuelle attirant les mâles. Après l’accouplement, la femelle s’oriente vers des pins pour y déposer ses œufs (entre 80 et 300, en petit manchon de 2 à 5 cm de long.).

L’éclosion a lieu entre 30 et 45 jours après l’apparition des adultes (de fin juillet à fin septembre selon les régions.) et les chenilles dévorent les aiguilles au fur et à mesure de leur déplacements.

Les chenilles vivent en groupe (environ 200 individus.).

Le nid d’hiver, bourse de soie épaisse, constitue un abri pour la colonie. Il peut atteindre une taille de 20 à 30 cm.

Au troisième stade larvaire, des poils urticants apparaissent, ils jouent un rôle de défense contre les prédateurs (oiseaux, mammifères, etc.).

Ces poils provoquent chez l’homme des réactions allergiques (démangeaisons, troubles respiratoires et oculaires.).

Au cinquième stade larvaire, entre les mois de mars et mai, les chenilles quittent l’arbre et se déplacent sous la forme de processions de nymphose caractéristiques. Elles s’enfouissent ensuite dans le sol à quelques centimètres de profondeur et tissent un cocon de nymphose.

Les chrysalides restent en diapause (arrêt total de développement.) dans le sol jusqu’à un mois avant la sortie des adultes.

Description du piège:

Le piège se pose autour du tronc à environ deux mètres et oblige les chenilles à rentrer dans un sac qu’il faudra récupérer et bruler. La pose doit se faire avant la descente qui à lieu

à la fin de l’hiver. Janvier est une bonne période au cas ou février serait doux et inciterait les chenilles à quitter plus tôt leurs nids. Ce piège est 100% naturel et écologique.

Source et texte :  Nufarm s.a.s

28 boulevard Camélinat

92 233 Gennevilliers Cedex

Tél : 01 40 85 50 23

Fax : 01 40 85 51 56

www.nufarm.fr

Trompe l’oeil

Annonce
Annonces
Sommaire
Terrasses